Pédagogie Montessori

maria montessori.jpg

​Qui est Maria Montessori ?

Maria Montessori est une pédagogue engagée et d’avant-garde. 

Docteur en médecine, psychiatre, anthropologue, militante socialiste et féministe au début du XXe siècle, Maria Montessori fut précurseur dans l’observation et la compréhension de l’enfant.

Parmi les premiers pédagogues à concevoir une science de l’éducation, elle élabore sa pédagogie tout au long de sa vie, évoluant en fonction de ses formations, voyages, rencontres mais surtout de ses observations d’enfants.

Qu'est-ce que la pédagogie Montessori ?

La pédagogie Montessori, une aide à la vie.

La pédagogie dite "Montessori" est indissociable de la personne qu’était Maria Montessori, de son parcours professionnel et de ses expériences auprès des enfants. 

Cette pédagogie ne se résume pas à un ensemble d’outils et de techniques. C’est avant tout une philosophie, une manière de percevoir l’enfant en le considérant comme l’acteur de sa propre construction et sur laquelle repose toute la richesse de la démarche mise en œuvre par les éducateurs.

L’objectif de l’éducation est alors de permettre le développement et l’expression du potentiel de chaque enfant individuellement, grâce à un environnement approprié et au respect de sa personnalité.

Ainsi, l’essentiel de l’éducation Montessori repose sur le développement de l’être humain dans toutes ses dimensions : physique, sociale, intellectuelle et émotionnelle. 

N’ayant pas les mêmes besoins au même moment, un environnement approprié, qui respecte l’histoire de chaque enfant, sa personnalité et son rythme, lui permet d’être le maître de son propre développement à travers des expériences choisies.

L'environnement Montessori

Le concept « d’environnement préparé » est un concept complexe de la pédagogie Montessori.

Il repose sur des aspects à la fois matériels, physiques et temporels, humains mais aussi sociaux, pensés pour encourager l’activité autonome de l’enfant.

Maria Montessori écrivait que « la fonction du milieu n’est pas de former l’enfant mais de lui permettre de se révéler. » Cet environnement est préparé sous le faisceau des périodes sensibles, de façon à permettre le développement et l’expression du potentiel de chaque enfant qui y évolue. C’est un lieu d’humanisation, dont les contours et la portée dépassent largement ce que l’on appelle habituellement la salle de classe.

Laisser le choix et le temps

Dans un environnement Montessori, afin que leurs besoins soient respectés, les enfants sont libres de choisir leurs activités, parmi une gamme de propositions qui a été pensée et prévue pour répondre aux enjeux des périodes sensibles.

 

Cela encourage le développement de leur autonomie. La possibilité pour l’enfant de poursuivre l’activité aussi longtemps qu’il le souhaite lui permet de satisfaire ses intérêts profonds et offre le temps nécessaire à la construction de l’intelligence, selon son propre rythme.

 

Ce temps mis à la disposition des enfants leur permet de trouver le chemin vers la concentration, donc vers eux-mêmes, chemin qui les mènera vers les autres. Matinée et après-midi offrent donc chacun deux heures et demie à trois heures d’activité autonome (activités individuelles ou en groupe pour les plus grands).

Les activités et le matériel servent la construction de l'enfant 

Le matériel Montessori constitue des aides au développement pour l’enfant, sa fonction principale étant de lui permettre d’explorer le monde, de s’en saisir et de se construire.

Les activités sont divisées en quatre aires matérielles : vie pratique, sensorielle, langage, et mathématiques. Le matériel qui les compose offre à l’enfant un contrôle de l’erreur visible et tangible pour permettre l’autocorrection : l’enfant peut mesurer seul s’il a convenablement mené une activité à son terme. En se corrigeant lui-même, il devient indépendant de l’adulte, peut répéter l’activité à son rythme et développer peu à peu sa capacité de concentration.

Ce matériel permet ainsi à l’enfant de passer du simple au complexe, du concret à l’abstrait, sans avoir recours à l'appréciation de l'éducateur.

Celui-ci adopte une démarche semblable à celle du scientifique : il procède par tâtonnement, par une succession d’essais et d’erreurs, l’incitant à de nouvelles recherches et à toujours plus d'exactitude avant de découvrir par lui-même la généralité. L'enfant n’a alors plus besoin du matériel comme support : il est passé du domaine de l’expérience à celui de la pensée.

Pour favoriser l’activité spontanée et l’autonomie, les objets sont adaptés à la taille et à la force de l’enfant, lui permettant de les déplacer, de les manier sans l’aide de l’adulte. Ils sont attrayants par la matière, la couleur et l’harmonie des formes, ils sollicitent la curiosité et l’invitent à explorer, à les manipuler selon leurs goûts et leurs intérêts immédiats.

Cependant, la possibilité de maintenir avec intérêt l’attention de l’enfant ne dépend pas tant de la qualité des objets que des buts et de l’intérêt qu’offre l’activité.

L'éducateur comme lien entre l'environnement et l'enfant

L’éducateur, et les adultes qui interagissent avec l’enfant, le guident sur le chemin de ses apprentissages, de sa construction et lui permettent de faire ses propres expériences. Ils interviennent avec justesse et discrétion, développant ainsi la confiance de l’enfant en ses capacités et instaurant un climat de confiance, de joie, de liberté et de respect mutuel. La connaissance théorique de l’enfant, complétée par l’observation, les aident à savoir quand leur intervention est réellement utile et justifiée.

Pour répondre aux périodes sensibles et aux besoins réels, l’éducateur doit être capable d’appréhender l’enfant là où il en est, et d’avoir en permanence un regard nouveau sur lui, notamment grâce à un travail en équipe pédagogique.

Grâce à des présentations individuelles du matériel, éducateur et enfant vivent des moments privilégiés, où l’attention portée à l’enfant et l’adaptation à sa personnalité sont optimales.

Ainsi, pour Maria Montessori, devenir éducateur, ce n’est pas simplement acquérir des connaissances pratiques, c’est aussi et surtout développer certaines dispositions à être avec l’enfant (observation, vision positive de l’enfant, auto-examen) : “Son devoir, toutefois actif, peut s’apprendre clairement et facilement : être l’entité qui met l’enfant en rapport avec son réactif. L'éducateur doit savoir choisir l’objet et le présenter de façon à susciter l’intérêt de l’enfant.”

 Source: Association Montessori de France /  https://www.montessori-france.asso.fr/